exercice de style

Mèche ou Gag – un exercice de style métal polyrythmique

le 26 décembre 2012 Par Alexis

Mèche ou Gag - métal polyrythmique Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire l’affront de vous proposer un exercice de style dans l’esprit de Tokyo Hotel, ce magnifique groupe teuton qui connut son petit succès du temps où le chanteur n’avait pas encore mué. Un succès qui incita nombre de jeunes filles à choisir allemand en première langue. Malheureusement, la langue de Goethe est aujourd’hui désertée au profit de l’anglais, langue universelle de l’informatique, de la finance, et de One Direction.

C’est plus au nord que nous nous dirigeons, au pays du surströmming et des meubles pas chers à monter soi même. La patrie d’un petit groupe de barbus qui a influencé un nombre incalculable de formations actuelles, les parrains du métal déstructuré, les dieux du riff tordu sur lequel il est impossible d’headbanger en rythme, j’ai nommé les furieux de Meshuggah. Voilà qui explique le titre un peu foireux de cet exercice de style !

Ce morceau a donc pour but de mettre en lumière certains aspects de leurs compositions, notamment leur approche du rythme et la relation entre la guitare et la batterie que l’on qualifie parfois de polyrythmique, même si cette appellation fait débat comme nous le verrons dans la suite de l’article.

Sans plus tarder voici donc Mèche ou Gag, un track fortement inspiré par les suédois de Meshuggah.

Si le titre vous plait, vous pouvez télécharger un zip regroupant la tablature et le mp3 ainsi qu’un backing track sans les guitares (archive zip – 8 mo environ). Vous pouvez également cliquer sur l’image ci-dessous pour récupérer le package.

télécharger la tablature de cet exercice de style métal polyrythmique

Meshuggah s’amuse depuis plus de 20 ans avec des rythmiques déstructurées ultra-lourdes sur leurs guitares 8 cordes. Le groupe est considéré par de nombreux amateurs du genre comme les pères fondateurs du « Djent », un style de métal assez technique qui s’affranchit du traditionnel couplet/refrain avec des riffs complexes et des accordages pachydermiques.

Les figures de proue de ce courant se nomment Periphery, Animals As Leaders, Chimp Spanner ou encore Vildhjarta. La France n’est pas en reste avec des formations de grande qualité comme Hacride, Uneven Structure et bien sûr Gojira dont le dernier album en date est une monumentale tuerie. Cocorico !

Quelques remarques concernant le morceau

  • Je n’ai malheureusement pas pu rajouter de cordes à ma Telecaster. L’accordage de l’exercice est donc en Drop de Do partiel. En pratique, les 3 premières cordes correspondent à un Drop de Do (C G C). Les 3 cordes aiguës ne sont pas utilisées, donc laissées en accordage standard.
  • Les différents riffs sont volontairement déstabilisants, c’est tout le but du morceau. Avec un peu d’analyse, on peut dégager des cycles qui vont se répéter et qui vont nous permettre d’assimiler aisément les différentes parties. Ce qui donne cette impression d' »imprévisibilité » est le décalage entre le chiffrage de mesure suggéré par la charley et la caisse claire et celui suggéré par la grosse caisse qui elle suit parfaitement la guitare.

    Dans le Riff B par exemple (à 0:33), la guitare et la grosse caisse joue sur un cycle en 5/4 alors que le groove charley/caisse claire suggère un chiffrage en 4/4. Les 2 cycles se décalent donc progressivement en parallèle pour retomber ensemble sur leurs premiers temps respectifs après 20 temps (5 x 4 = 20 soit 4 mesures de 5/4 ou 5 mesures de 4/4).

    Ci dessous, la partition batterie du riff B qui illustre cette notion (Fa = grosse caisse, Do = caisse claire, Sol = charley) :

    polyrythm pattern

  • Cette approche centrée autour d’une batterie dont la grosse caisse suit un pattern complexe de guitare tout en suggérant un rythme différent (souvent en 4/4) avec la caisse claire et les cymbales est très courante dans le style, et Meshuggah ne fait pas exception. En fait, ce sont eux qui l’ont popularisé !

Ce principe de superposition rythmique est une composante majeure de la polyrythmie, même si des définitions plus strictes exigent une différence de tempo entre les différents éléments.

Les riffs qui composent le morceau sont donc construits sur ce même principe :

  • Riff A : 7/4 sur 4/4
  • Riff B : 5/4 sur 4/4
  • Riff B (variation) : 11/8 + 5/4 (21/8) sur 4/4
  • Riff C (3 premières fois) : 9/8 sur 4/4
  • Riff C (4ème fois) : 5/4 sur 4/4
  • Riff B (fin) : 5/4 + 11/8 (21/8) sur 4/4

Je vous ai enregistré une petite vidéo d’illustration pour vous aider à appréhender l’exercice.

Bon courage et have fun !

A propos de l'auteur : Alexis

A propos de l’auteur : Alexis

Créateur et administrateur de Guitar School Garden. Sur Twitter : @guitarschgarden et @twablatures.

2 commentaires

  • Thibault dit :

    Bonjour, super boulot.
    Pourrais tu nous faire profiter des lignes de batteries que tu as programmées en format midi ou guitar pro?
    Merci.

  • Alexis dit :

    Merci Thibault

    J’ai programmé les batteries sous Reason, je n’ai que ça à filer, désolé. Au pire il y a un BT sans guitares dans l’archive à télécharger dans l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *