exercice de style

Myrtle Creek – un exercice de style en fingerpicking

le 30 août 2013 Par Alexis

Myrtle Creek L’été tire à sa fin, c’est l’heure de reprendre le chemin de l’école ! Peut être avez-vous profiter de la plage en compagnie de votre guitare acoustique (l’électrique n’étant pas très efficace pour impressionner la gent féminine en l’absence de prise de courant). Les mois d’été sont souvent pour moi l’occasion de ressortir ma Taylor ou ma petite guitare de voyage et de travailler des choses différentes, comme le fingerpicking par exemple. J’ai toujours été fasciné par cet art particulier à la six cordes qui demande rigueur, précision et détermination. Sur une acoustique, il n’y a pas de triche possible, on ne peut pas se cacher derrière des effets ou de la distorsion. En plus, nous avons tellement de picker de talent en France : Jean-Félix Lalanne, Pierre Bensusan, Michel Haumont, Mr Mat (Mountain Men), sans oublier le regretté Marcel Dadi qui nous quitta trop tôt dans un tragique accident d’avion.

Je vous propose donc une petite étude de ma composition pour travailler cette technique. Je vous prie d’être indulgent, je suis moins à l’aise à l’acoustique que sur ma telecaster ! Cependant, c’est en sortant de sa zone de confort que l’on progresse. Et ce dans tous les domaines.

Cette pièce porte le nom d’une petite ville de l’Oregon, Myrtle Creek, où j’ai passé quelques jours lors d’un road-trip estival à travers la côte ouest des États-Unis. Les cèdres à perte de vue qui tranchent avec les hautes herbes jaunies par le soleil d’août, les granges abandonnées, les hirondelles par centaines sur les lignes électriques, tout cela m’a inspiré pour la création de cet exercice de style.

barn

Découvrons donc ce morceau, enregistré à Myrtle Creek même, avec une Ibanez gentiment prêtée par Sam. Un grand merci à lui et aux animaux (chiens, chèvres…) qui ont participé à cette vidéo. Et en bonus, vous pourrez découvrir le nouveau logo du blog qui devrait accompagner une refonte complète du site dans un futur plus ou moins proche.

Assez parlé, voici le résultat :

Comme d’habitude, vous pouvez télécharger la tablature de cet exercice de style aux formats PDF et Guitar Pro ou bien cliquer sur l’image ci-dessous pour récupérer les fichiers (archive zip – 130ko environ).

visu_tab_mc

Quelques conseils :

  • Notez le capodastre à la 3ème case. Vous pouvez parfaitement travailler le morceau sans cet accessoire mais son utilisation abaisse l’action des cordes et améliore grandement le confort et la facilité de jeu sur le manche.
  • En fingerpicking, le pouce s’occupe généralement de la ligne de basse sur les cordes de Mi, La et Ré. Souvent, on parle de basses alternées quand le pouce jongle entre ces différentes cordes sur chaque temps. Les autres doigts s’occupent de la mélodie. Pour ce morceau, j’utilise mon index dans la plupart des cas et le majeur pour les enchainements de croches rapides (mesures 3, 7, 15 ou 16 par exemple). Mon petit doigt repose sur la table de la guitare afin de garantir le stabilité de la main droite.
  • Vous avez peut être remarqué qu’un pattern de picking revient très souvent, notamment aux mesures 4, 5, 6, 10, 11, 12, 13, 14… Choisir une de ses mesures et la travailler en boucle est un excellent moyen d’aborder cet exercice de style.
  • Les mesures 8 et 18 sont un peu particulières. Ce sont des fill qui servent à relancer la grille et qui ne suivent pas le schéma classique basses alternées + mélodie caractéristique du fingerpicking.
  • Les croches sont jouées en triplet feel et donnent un air sautillant à l’ensemble. Elles sont notées de façon traditionnelle sur la partition mais sont jouées comme un triolet noire + croche. On peut parfaitement aborder le morceau en croches « binaires ». Le triplet feel peut être désactivé dans le fichier Guitar Pro (Mesure -> interprétation rythmique).
  • Les mesures 15 et 16 sont les plus difficiles à assimiler et vous demanderont un peu de travail. Commencez très doucement pour appréhender la mécanique du pattern puis accélérez progressivement. La présence de nombreuses positions barrées tout au long du morceau vous demanderont un réel effort d’endurance, surtout sur une acoustique à l’action un peu haute (d’où l’intérêt du capodastre pour rabaisser tout ça).
  • Certains fingerpicker utilisent un onglet de pouce (thumb pick) parfois associé à des finger picks afin de renforcer le volume général de l’instrument et aussi détacher correctement chaque note. Ces petits outils demandent néanmoins un certain temps d’adaptation, surtout si comme moi vous avez pris l’habitude de jouer certains passages au pouce à l’électrique, le médiator temporairement coincé entre l’index et le majeur.

Il ne me reste plus qu’à souhaiter bon courage à ceux d’entre vous qui reprennent le chemin du travail après un congé estival bien mérité. Et n’oubliez de vous détendre avec votre instrument favori.

Have fun !

A propos de l'auteur : Alexis

A propos de l’auteur : Alexis

Créateur et administrateur de Guitar School Garden. Sur Twitter : @guitarschgarden et @twablatures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *