improvisation

L’improvisation en question-réponse

le 17 décembre 2011 Par Alexis

G3 : Joe Satriani, Steve Vai et John Petrucci L’idée de cet article m’a été donnée par un très bon ami (rédacteur ici même) après une jam session endiablée où j’ai particulièrement apprécié l’échange de quelques traits de guitare avec un excellent saxophoniste. En effet, les « questions-réponses » entre musiciens sont souvent des moments que le public (et les instrumentistes) apprécient. Elles mettent en avant l’écoute de l’autre et proposent autre chose que le traditionnel chorus sur 24 mesures du soliste.

Loin d’être de simples duels kikalaplusgrosse, les questions-réponses sont d’abord un espace d’expression et d’écoute, un bon résumé de ce qu’est la musique en somme !

C’est pourquoi je voudrais avec ce billet vous proposer quelques exercices pratiques pour vous initier à ces moments particuliers lors d’une improvisation. Pour commencer, voici une grille :

Grille d'accords pour l'impro en question réponse

A partir de cette grille, j’ai enregistré des petites interventions sur les 2 premières mesures qui serviront de « questions », à vous par la suite de faire les « réponses » sur les 2 suivantes. C’est parti :

Ecouter le backtrack (2 mesures d’impro) :
L’improvisation en question-réponse (BT – 2 mesures)

Sur notre boucle de 4 mesures, je joue donc sur les 2 premiers accords. Ce que je vous conseille dans un premier temps c’est d’essayer de reproduire le plus fidèlement possible la phrase d’origine afin de travailler votre oreille et vous en « imprégnez ». Elles sont volontairement assez simples, du moins au début du jamtrack. La tonalité est Do mineur et je reste principalement sur la pentatonique mineur ou la gamme mineure naturelle de cette tonalité.

Après, il n’y a pas vraiment de règles. On peut calquer le rythme, les nuances, les notes de notre interlocuteur. J’ai souvent tendance à reprendre le rythme et les premières notes de la question et finir ma phrase d’une façon différente. Un moyen de la faire « évoluer » en quelque sorte. Gardez à l’esprit que cet exercice est un peu biaisé car il n’y a que moi qui pose les questions. En temps normal, les 2 (ou plus !) musiciens devraient réagir l’un à l’autre et tenter de créer un vrai dialogue. Cela reste néanmoins un bon moyen pour acquérir certains réflexes dans ces situations.

Pour illustrer tout ça, je vous ai enregistré une petite vidéo dans laquelle je me réponds à moi même sur ce premier backing track !


L’improvisation en question-réponse (exemple sur 2 mesures)

Vous avez peut être remarqué que parfois j’anticipe mon intervention en commençant avant que la question ne finisse. A l’inverse, il arrive que ma réponse mange le début de la question suivante. Essayez de jouer avec ces dépassements pour donner un peu plus de vie au dialogue.

Autre chose, l’espace disponible pour votre intervention n’est pas toujours égale à 2 mesures. Parfois c’est plus, parfois c’est moins. Il arrive même souvent que cela varie en cours d’improvisation ! Pour se mettre d’accord il n’y a pas 36 solutions, soit on définit à l’avance le nombre de mesures (c’est rarement le cas), soit on se base sur la toute première intervention du soliste et on répond dans la même durée.

Poursuivons sur le même backing track mais avec des interventions d’une seule mesure cette fois-ci. Les questions sont donc jouées sur les mesures 1 et 3, les mesures 2 et 4 sont pour vous !

Ecouter le backtrack (1 mesure d’impro) :
L’improvisation en question-réponse (BT – 1 mesure)

La petite vidéo d’illustration :


L’improvisation en question-réponse (exemple sur 1 mesure)

Évidemment on peut dialoguer à plus de 2 dans un question-réponse, je vous laisse donc le jamtrack « nu » à disposition pour vous et vos amis !

Ecouter le backtrack « nu » :
L’improvisation en question-réponse (BT « nu »)

Vous pouvez aussi télécharger la grille ainsi que l’ensemble des mp3 de l’article (archive ZIP – environ 6 mo).

Les exemples de question-réponse pullulent dans la musique improvisée et particulièrement dans le blues, terrain propice à ce genre de manœuvre. Je pourrais vous recommander l’écoute du morceau « Too Tired » sur l’album Blues Alive de Gary Moore qui nous gratifie d’un superbe échange avec Albert Collins. Et en parlant de ces 2 monstres sacrés, je ne résiste pas au plaisir de clore cet article avec une vidéo qui nous rappelle que dans un question-réponse les notes sont parfois superflues quand on leur substitue une bonne dose d’humour (à 3:19 pour les plus pressés).


Gary Moore & Albert Collins Further on up the road

Have fun !

A propos de l'auteur : Alexis

A propos de l’auteur : Alexis

Créateur et administrateur de Guitar School Garden. Sur Twitter : @guitarschgarden et @twablatures.

3 commentaires

  • Cedric dit :

    Merci pour le playback ça changera de ceux que je fais pour m’exercer ! Dans le même concept de questions / réponses c’est un super principe à appliquer dans ses propres solos où le discours doit être cohérent. 🙂

  • Stephane dit :

    Je me souviens avoir fait ce genre de questions/réponse avec un contrebassiste pendant un morceau très jazz! C’était vraiment un bon souvenir…
    Ce genre d’échanges tournent souvent à l’humour, et on s’en souvient longtemps 😉

    Super Gary Moore et Albert Collins!!! Merci

  • David dit :

    Merci beaucoup pour l’article, le jeu en questions/réponses a décuplé mon plaisir de jouer. Ce type d’exercices facilite la connaissance de son instrument. Je me sens plus à l’aise avec ma guitare. Merci et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *