techniques

5 effets de jeu surprenants à découvrir

le 19 mai 2012 Par Alexis

5 effets de jeu La guitare est un instrument magnifique. Peut être celui qui se rapproche le plus de la voix humaine par sa tessiture et surtout par sa capacité à jouer une même note de dizaines de façons différentes. Jouer aux doigts, plus ou moins près du chevalet, baisser le potard de volume, avec un vibrato à la main, en utilisant son médiator à l’envers… il existe tellement de techniques « d’expression » . Nos amis pianistes en seraient presque jaloux ! Bon il faut dire qu’ils se vengent admirablement en s’exerçant à des écarts qui feraient pâlir d’envie Steve Vai ou Rusty Cooley.

Cet article a donc pour but de vous présenter 5 techniques, 5 effets de jeu assez méconnus qui pourront vous surprendre au premier abord mais qui se révéleront être à coup sûr des atouts dans votre arsenal de guitariste. Evidemment, je ne prétends pas les avoir inventés !

Allez on se lance.

Le single-note tapping

On commence avec une technique que j’ai vu pour la première fois chez Mattias Eklundh. Il s’agit d’une boucle de trois notes en tapping où la note tapée avec le doigt de la main droite et celle jouée en hammer par la main gauche sont en fait une seule et même note. Les deux mains jouent sur la même case en quelque sorte. En découle un effet « sonnerie de téléphone » du plus bel effet !

Ecouter :
Le single-note tapping

tablature : le single-note tapping

Le mouvement est en trois phases : tapping main droite, pull-off du doigt de la main droite vers la note frettée avec l’index de la main gauche, puis hammer avec le majeur de la main gauche sur la même case que le tapping initial. La difficulté à vitesse normale (comprenez « joué rapidement » 🙂 ) va être de faire en sorte que le majeur main droite (ou l’index en fonction de votre préférence pour le tapping) et le majeur main gauche ne se marchent pas dessus, si je puis dire !

le single-note tapping

En ce qui concerne la façon de taper à proprement parler, j’ai toujours préféré un mouvement vers l’intérieur (en ramenant la corde vers soi plutôt que vers le sol), cela me semble plus naturel. Cependant, Van Halen fait exactement l’inverse et je crois qu’il n’était manchot question tapping. A vous de voir donc !

Les bend façon Lapsteel Pedal steel

Poursuivons avec un type de bend se rapprochant des double-stop (deux notes jouées simultanément). Il s’agit ici de jouer un groupe de 3 notes sur 3 cordes adjacentes et de faire un bend avec l’une d’entre elles pour imiter certaines phrases jouées sur une Pedal steel guitar.

Ecouter :
Les bend façon Lapsteel

tablature : Les bend façon Lapsteel

Attention à bien faire la différence entre le premier bend qui tire la corde de Sol d’un ton et le second qui ne monte que d’un demi-ton.

Pour le premier bend, je vous conseille d’aider le majeur avec votre index pour bien monter la note d’un ton (voir l’image ci-dessous). Pour le second, j’utilise mon index pour barrer les cordes de Si et Mi et seulement le majeur pour le bend. Par ailleurs, ce plan sera plus simple à aborder aux doigts, ou à la limite en chicken picking pour les plus aventureux.

Les bend façon Lapsteel

La principale difficulté, hormis la justesse des bend bien sûr, est de ne pas tirer les cordes qui ne doivent pas l’être.

Le « Koto » picking

Le Koto est un instrument traditionnel japonais à cordes pincées au son très caractéristique. Le koto picking tire son nom de la sonorité particulière des notes jouées avec un médiator très près du chevalet de la guitare, sonorité rappelant dans les grandes lignes cet instrument oriental. Dans l’extrait audio suivant, je joue le même exemple de façon classique tout d’abord, puis en koto picking.

Ecouter :
Le Koto picking

tablature : le Koto picking

N’hésitez pas à attaquer franchement la corde car la vibration n’aura pas la même amplitude à cet endroit par rapport à un coup de médiator entre les 2 micros par exemple. En passant, le choix du micro n’a pas vraiment d’importance pour cette technique.

le Koto picking

Cet effet de jeu possède surement d’autres dénominations mais j’en ai entendu parler pour la première fois sous le nom de Koto picking dans la vidéo d’Eric Johnson The fine art of playing guitar. Le nom est sympa alors je l’utilise, mais si vous en connaissez d’autres, faites le moi savoir !

Les trilles « Mandoline »

Un trille à la guitare est un gimmick qui consiste à alterner très rapidement entre 2 notes, souvent en hammer et pull-off. Néanmoins, on va ici utiliser la pointe du médiator pour produire la note la plus haute, ce qui va permettre des écarts importants entre ces 2 notes. C’est le mouvement de la main droite très rapide qui pourra rappeler certaines lignes de mandoline. On pourra par exemple retrouver ce genre de trilles sur le morceau Tapping Boogie de Mr Fastfinger (vers 1:42).

Ecouter :
Les trilles Mandoline

tablature : les trilles Mandoline

Pour la main gauche, pas de problème, c’est la main qui tient le médiator qui gère tout (pour les droitiers bien sûr). Prenez soin de ne faire qu’effleurer la corde avec un mouvement de bas en haut en collant bien la frette. Ca n’est pas vraiment du tapping au médiator à proprement parler car le movement reste similaire à de l’aller-retour classique, mais on retrouve une certaine similitude. D’ailleurs à l’oreille la différence n’est pas des plus flagrante !

les trilles Mandoline

Des médiators assez pointus seront plus efficaces pour cette technique, mais encore une fois vous pouvez préférer un son plus doux avec des plectres aux bords arrondis.

L’effet pédale de volume à 0 euros !

Les guitaristes, en plus d’être fainéants, sont radins. Pourquoi donc investir dans une couteuse pédale de volume alors que votre main peut plus ou moins aisément faire le job ?

Ecouter :
L’effet pédale de volume

Je n’ai volontairement pas mis de tablature car l’extrait est un peu « free » dans l’esprit.

Ici tout va dépendre de la configuration de votre guitare et surtout de la position du potard de volume. Généralement il reste accessible, au moins avec le petit doigt. La technique reste assez simple : au moment où mon pouce balaye les cordes, mon petit doigt (qui est posé sur le potentiomètre à volume zéro) se rapproche de mon annulaire tandis que mon bras remonte légèrement vers le haut, ce qui a pour effet de monter le volume quand la note est jouée. Je redescends ensuite le volume au moment voulu, toujours avec le petit doigt.

Je garde généralement mon médiator entre l’index et le majeur, juste au cas où.

l' effet pédale de volume

Voilà, j’espère vous avoir fait découvrir quelque chose avec ces effets de jeu. N’hésitez pas à me poser toutes les questions qui vous passent par la tête dans les commentaires.

Have fun !

A propos de l'auteur : Alexis

A propos de l’auteur : Alexis

Créateur et administrateur de Guitar School Garden. Sur Twitter : @guitarschgarden et @twablatures.

9 commentaires

  • Guillaume dit :

    Comment toujours, excellent article. De quoi enrichir son jeu 🙂

  • Fred. dit :

    Bien sympa tout ça ! 🙂
    Il y en a un qui rend terrible aussi c’est celui consistant à effectuer un plan taping à deux notes, dans lequel on effectue un glissé rapide après avoir tapé la seconde note…

    Pas simple à décrire… le mieux c’est d’écouter « On Fire » (0’45 » à 0’47 » et 2’14 » à 2’17 ») ou le solo d’ « Ice Cream Man » (1’50 à 1’52 »), effet dont Van Halen était donc friand…

  • agatzebluz dit :

    Comme d’hab, une leçon qui tabasse !!!
    Merci Alex.

  • Julien dit :

    Super exercices encore une fois !
    J’aime beaucoup le koto picking et le riff en lui-même. Ca me rappelle une chanson, je retrouve plus le nom, mais qui est sur Morning View de Incubus où sauf erreur c’est un instrument type koto qui joue ça.

    D’ailleurs le riff dans sa tonalité ressemble beaucoup à ça 🙂

  • Alexis dit :

    Content que ça vous plaise !

    @julien : Oui l’inspiration du plan c’est carrément Aqueous Transmission sur Morning View. C’est ce que j’avais en tête pour cette technique. Après je ne sais pas si Mike le joue sur un Koto, je ne crois pas. Il me semble que c’est Steve Vai qui lui avait donné une sorte de guitare « asiatique » et ça l’a inspiré pour faire ce morceau.

    @fred : Je vais aller écouter ça mais je pense voir de quoi tu parles. Merci !

  • Sem dit :

    Juste une précision le bend façon lapsteel c’est plus un bend façon pedal steel… Deux instruments à la fois proches mais quand même très différents. Bon ça c’était juste pour faire mon chieur… Sinon la leçon déchire bien…

    Le single-note tapping je me suis toujours demandé comment IA obtenait ce rendu… Maintenant y a plus qu’à faire rentrer le plan !! 🙂

  • Pierre dit :

    Excellent, tout simplement excellent ! Tu as une sacrée main droite, ça rendrait un peu jaloux même. 😛

  • Seb dit :

    Je me réveille en dernier (comme d’habitude) mais effectivement, super article ! Un grand merci !

  • Alexis dit :

    @Sem : Merci pour la précision !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *