techniques

Placement rythmique et cocottes funk

le 10 avril 2010 Par Alexis

chicken Quelle belle langue que le français. Là où les anglophones ont quelque chose qui pourrait resembler à « funk guitar strumming pattern », nous avons la chance d’avoir un mot qui résume tout ça : les cocottes ! Mais alors, c’est quoi ces cocottes ?

Les cocottes sont l’essence du funk à la guitare. Sans cette technique, les morceaux mythiques des Parliaments, de James Brown ou de Tower Of Power n’auraient pas la même saveur. Concrètement, un rythme funk à la guitare repose très souvent sur un « tapis » continu de double-croches dans lequel on mélange des notes étouffées à la main gauche (aussi appelées dead notes) et des accords (ou des notes seules) qui vont venir s’intercaler entre les notes étouffées. Ces accords, placés à divers endroits de la mesure, auront pour but d’accentuer la ligne rythmique formée par les double-croches.

Mais alors que viennent faire les cocottes là dedans ? Je n’ai pas vraiment de réponse… peut être est-ce le son du médiator quand on joue les dead notes de façon constante : cot-cot-cot-cot-cot. Cocottes !

Avant de rentrer de le vif du sujet, il convient de s’attarder quelques instants sur la notion de placement rythmique. En effet, les accords intercalés entre les dead notes peuvent être joués sur n’importe laquelle des 4 double-croches qui composent un temps. Ce premier exercice de base va donc vous permettre d’appréhender les 4 cas de figures possibles. Travaillez les séparément dans un premier temps puis essayez de les enchainer comme sur l’exemple audio. A noter que le clic utilisé ici est un peu particulier : la charley marque chaque temps, la grosse caisse chaque début de mesure et le shaker les doubles-croches.

tablature exercice de base pour les cocottes funk

Ecouter les 4 patterns au ralenti et à vitesse normale :
Cocottes funky – les patterns de base en double-croches

Au niveau de la main droite, on reste en aller-retour strict. Essayez de bien repérer sur chacun des 4 patterns si les accords tombent sur un coup de médiator vers le haut ou vers le bas (entourés en rouge sur la tablature). Décomposer lentement chaque pattern vous aidera à vous repérer dans la mesure.

L’objectif de cette introduction est que vous puissiez les combiner à votre guise et commencer à construire vos propres lignes funk. Par exemple, vous pouvez construire une mesure en jouant 1 fois le premier pattern, 2 fois le deuxième et 1 fois le troisième :

combinaison de pattern pour les cocottes funk

Ecouter l’exemple :
Application des patterns de base

A vous d’élaborer par la suite vos propres combinaisons à partir des ces éléments et ainsi d’améliorer votre placement rythmique. J’ai d’ailleurs laissé tourner le clic après l’extrait audio ci-dessus afin que vous puissiez vous exercer à vos combinaisons personnelles.

Pour continuer dans la joie et la bonne humeur, je vous propose une série de 4 exercices d’application de difficulté progressive basés sur les cocottes. Cool non ?

Exercice n°1

Un classique à connaître. On retrouve cette formule dans beaucoup de rythmiques funk, Pick up the pieces du groupe Average White Band ou Soul with a capital « S » de Tower of Power notamment.

tablature de l'exercice 1 pour les cocottes funk

Ecouter l’exercice 1 :
Exercice 1

Exercice n°2

Une forme d’accord très courante que l’on retrouve par exemple sur le morceau Get Up de James Brown. Les notes à la fin de la seconde mesure sont jouées en étouffant avec les doigts de la main gauche les cordes adjacentes. Le médiator balaye donc plusieurs cordes pour faire sonner une seule note renforçant ainsi l’attaque.

tablature de l'exercice 2 pour les cocottes funk

Ecouter l’exercice 2 :
Exercice 2

Exercice n°3

Un exercice dans l’esprit de Stevie Ray Vaughan qui maitrisait bien évidemment la technique des cocottes !

tablature de l'exercice 3 pour les cocottes funk

Ecouter l’exercice 3 :
Exercice 3

Exercice n°4

Pour finir, on inclut à la fin de cet exemple un triolet de double-croches qui vient « casser » le tapis rythmique et relancer le riff vers la mesure suivante.

tablature de l'exercice 3 pour les cocottes funk

Ecouter l’exercice 4 :
Exercice 4

Voilà j’espère vous avoir donné des pistes pour travailler cette technique. Je vous laisse avec cette citation de David Gilmore qui colle assez bien à l’esprit du funk à la guitare : When you strum a guitar you have everything – rhythm, bass, lead and melody. A méditer !

34 commentaires

  • Guillaume dit :

    Ça groove méchamment par ici dites moi 🙂
    Joli exercice et article ! Je ferai bien de me mettre au travail !!

  • agatzebluz dit :

    Bien foutu cet article, faut que je m’y remette.
    Au fait c’est David Gilmore ou Gilmour ?

  • Alexis dit :

    Non non c’est bien Gilmore j’ai vérifié ! Rien à voir donc avec le gratteux des Floyd.

  • agatzebluz dit :

    Et c’est qui David Gilmore ?

  • Alexis dit :

    C’est un américain qui fait du jazz et qui donnait des cours à Berklee. Après je connais pas plus que ça c’est juste que je trouvais la citation intéressante 🙂

  • netgui dit :

    La rythmique 3 ma rappelle superbement – M – sur un morceau instrumental avec DJ Shalom (je retrouve plus le titre) qui est adepte de ce style de jeu comme beaucoup de gratteux bien sûr.

    PS : je t’ai répondu pour le bœuf sur twitter 🙂

  • agatzebluz dit :

    @ netgui : la chanson de M c’est « souvenir du futur », on la trouve sur le Tour de M.

    Ça y est je viens d’écouter les extraits et chapeau ça sonne !!! Ce qui me met sur le cul à chaque fois c’est ce petit triolet de l’exo 4. M justement en abuse de ce truc sur ces rythmique funk. Faut avoir le poignet drôlement souple et relâché pour jouer ça.

    Au fait tu as enregistré avec quoi ?

  • Alexis dit :

    Oui c’est clair le début c’est exactement les mêmes notes que le riff de M ! Et au niveau son j’ai l’impression d’entendre Vaughan c’est dingue.

    @agatzebluz : tous les exemples sur le site sont enregistrés avec Gear Box de Line6. Niveau gratte c’est une Yamaha RGX-TT (le modèle Ty Tabor). Voilà !EDIT : je viens de voir que Gear Box s’appelle maintenant POD Farm… j’y comprends plus rien à la gamme Line6 moi !

    @netgui : oui j’ai vu sur Twitter. Boeuf Ninkasi mercredi soir ? Tu viens avec ta guitare 😉 ?

  • agatzebluz dit :

    @ alexis : une TT ? Ca sonne très single coil pourtant.
    Et line6, je connais j’ai le même à la maison 😉 Quelle simu tu prends pour le funk ?

  • Alexis dit :

    Oui c’est vrai les micros Hot Rails sur la TT sonnent pas vraiment humbucker (bien que ce soient des doubles au format simple). Tant mieux j’ai envie de dire !

    Pour la simu je l’ai plus en tête là, il me semble que c’est une tête fender avec un cab 4×12 Marshall vintage 25’s. J’ai ajouté une reverb très légère dans Cubase après coup. Je t’envoie le preset par mail si tu veux.

  • agatzebluz dit :

    non ne t’embête pas, c’était par curiosité malsaine mrgreen

  • agatzebluz dit :

    @ netgui : hum hum, ne va pas divulguer ma vie privée comme ça sur le net stp !!! 🙂

  • netgui dit :

    désolé pour le M-flood. Cette version live à Bercy est meilleure et on y entend les roulements de poignet dont tu parles Agat http://open.spotify.com/track/4T4KWwWKi3gBGK7wpMIGfD

    bon ap’ les amis !

  • netgui dit :

    @agat : dès qu’on cause de cocottes t’es jamais bien loin de toute façon. Ton petit surnom c’est le berlusconi de la gratte.

  • Super ces petits plans funks !
    Je tente tout ça dès que j’ai un peu de temps.

    Encore merci Alexis !

  • `Séb dit :

    cot-cot-cot-cot-cot. Cocottes

  • jipes dit :

    Bravo Alexis belle lecon de funk et bien expliqué et illustré très utile pour « épicer » ces rythmiques

  • blanchu dit :

    bravo bravo,
    très bien fait ce blog,
    pleins de pépites à lire et à bosse.
    super boulot

  • blanchu dit :

    effectivement la rythmique 3 c’est sur -M- in texto. Pas étonnant qu’il se soit intéréssé à Steve Ray Vaughan … ça vient d’Hendrix tout ça itou. Joli plan en tout cas merci. Je le place souvent mais c’est bon de voir transcrit !

  • Alex dit :

    Salut et bravo pour le contenu de ton site et ton site tout court.

    Et bien moi je serais intéressé par le preset utilisé pour la guitare, juste par curiosité. Donc si jamais tu l’a je suis open…

  • Alexis dit :

    Je vais essayer de remettre la main dessus et te l’envoyer par mail si je le retrouve. Bon après le son peut varier vachement en fonction de ta guitare.

  • louis dit :

    salut
    j’ai une question, pour jouer les dead notes, est-ce que c’est mieux de mettre deux doigts sur les cordes pour éviter les harmoniques, ou est-ce que ça va gêner la note jouée ?

  • Alexis dit :

    Hello Louis,

    Pour jouer les dead notes, je garde la position de l’accord et je relâche la pression des doigts sur le manche pour qu’ils reposent sur la corde sans fretter la note. Avec un son clair, les harmoniques naturelles ne sont pas trop présentes normalement.

    En espérant que ça t’aide.

  • Erik dit :

    Bonjour, j’ai adoré l’article et ne m’étais jamais vraiment intéressé aux rythmiques funk, malgré le fait que je joue depuis un moment… J’adore, j’ai tout appris, merci beaucoup pour ce travail !
    J’ai juste une question quand aux triolets en double-croches du dernier exercice : je les gratte tous façon « palm mute » car j’avais essayé en style « funk » c’est à dire en ne visant pas qu’une corde mais j’étais moins satisfait du résultat, peut-être est-ce dû à mon son (trop de basses, même sur le micro aigu et splitté) ?
    Afin de ne pas apprendre faux au début de mon apprentissage donc : comment « gratter » ces triolets ?
    Merci d’avance ! 😀
    P.S. : Si vous avez des idées pour que je continue ma progression, des « à connaître » ou comme ça… je suis preneur !

  • Alexis dit :

    Hello Erik.

    Ce petit triolet n’est pas ce qu’il y a de plus facile en effet. Perso j’essaye de muter les cordes adjacentes avec la main gauche. Comme ça j’attaque fort à la main droite sans faire attention à la précision. Le prochain article du blog traitera d’ailleurs de cette problématique. Le poignet de la main droite est « cassé » (un peu à la manière manouche) car ça me permet d’avoir une attaque plus franche et d’effectuer un mouvement plus rapide.

    Pour continuer à travailler le funk, rien de mieux que de repiquer les plans de Chic, Tower of Power ou des Meters. Le live in Stockholm du Nils Landgren Funk Unit est aussi un petit bijou de funk à la gratte je trouve.

  • agatzebluz dit :

    Et pour ceux que le Nils Landgren Funk Unit intéressent, il y a Arte 🙂
    http://liveweb.arte.tv/fr/video/JazzBaltica_Nils_Landgren_Teamwork/

  • Alexis dit :

    Excellent, merci Guillaume. Par contre ils sont tous chauves dans ce groupe 🙂 ?

  • Erik dit :

    Merci beaucoup Alexis, je vais donc essayer de plus muter à la main gauche plutôt que de « viser » une seule corde avec la main droite, merci bien pour la réponse ! Je tâcherai de bosser tout ça, je connaissais que les Meters, c’est vraiment sympa !
    (J’aime beaucoup ta tele et ton son aussi !)
    Continue comme ça, merci pour ton travail 🙂

  • agatzebluz dit :

    @ Alexis : meuh non, il y a un sax qui a des cheveux !! Remarque c’est peut être parce qu’il ne manque pas de toupet 🙂

  • philippe dit :

    peut on utiliser un mediator dur pour faire ces rythmiques ou doit on prendre un souple ou peu importe??

  • Alexis dit :

    On aura plus de précision avec un médiator dur. Le médiator plus souple facilitera le mouvement de va et vient de la main droite, mais on perdra en propreté. Je conseille donc un médiator assez dur, minimum 0.88mm

  • philspower dit :

    Salut,

    Je veux pas pinailler mais pour moi des cocottes c’est des doubles (voire triple) croches en palm mute. Notamment utilisé dans le reggae si tu voix ce que je veux dire. Le terme anglais est du coup mieux adequat pour ces pattern funk…

  • philspower dit :

    en palm mute sur une seule corde bien sur. Sinon personne ne va rien comprendre à mon dernier post.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *