théorie

Aborder la polyrythmie avec Guitar Pro

le 9 janvier 2012 Par Alexis

Métronome et polyrythmie Non la polyrythmie n’est pas une maladie et non ça n’est pas non plus un concept exclusivement réservé à nos amis cogneurs de fûts ! Les polyrythmes sont en effet utilisés dans de nombreux styles, du métal à la musique traditionnelle africaine ou indienne, sans distinction du point de vue des instruments utilisés. Cet article a pour but de vous faire découvrir et assimiler vos premiers polyrythmes qui seront par la suite directement exploitables dans votre jeu.

On peut définir la polyrythmie comme la superposition de plusieurs figures rythmiques (généralement 2) dont le débit de notes respectif n’est pas multiple. Pour rappel, un nombre est multiple d’un autre quand divisé par celui-ci il donne un résultat entier. Par exemple, 6 est un multiple de 2. A contrario, 3 n’est pas un multiple de 2. Jouer en l’espace d’un temps un triolet de croches (3 notes) en même temps que 2 croches (2 notes) sera par conséquent considéré comme un polyrythme.

Le schéma ci-dessous devrait illustrer mon propos :

Principe de la polyrythmie 3 contre 2

Il est important de rappeler que les 2 figures sont jouées simultanément à débit constant. En haut, le groupe de 3 notes vient se superposer au groupe de 2 notes juste en dessous. Chaque groupe « repart » sur un temps qui sera commun aux 2 formules rythmiques (ici symbolisé par les points rouges). Il est important de repérer ce dénominateur commun qui nous permettra de mesurer et donc de nommer notre polyrythme. Ici on parlera de 3 contre 2, surtout par mimétisme avec l’anglais three against two polyrhythm.

Une autre formule très courante et relativement accessible est le 3 contre 4 où l’on superpose, vous l’aurez compris, des groupes de 4 et 3 notes. Là encore, les points rouges représentent les « temps communs » aux 2 groupes.

Principe de la polyrythmie 3 contre 4

Bien sûr, tout ça est plutôt simple à comprendre en théorie mais en pratique, c’est une autre paire de manche. Personnellement, c’est Guitar Pro qui m’a vraiment « mis dans la tête » les figures de rythme de base. Je m’arrachais les cheveux sur la version 4 du logiciel à essayer de recréer des parties batterie les plus réalistes possibles ! Aujourd’hui encore je me tourne vers GP lorsque j’ai un doute et je pense que c’est un bon outil d’apprentissage du solfège, même si ça n’est pas sa vocation première.

C’est pourquoi je vous propose de télécharger un fichier .gpx (Guitar Pro 6) qui regroupe quelques polyrythmes plus ou moins courants. On y retrouvera les deux exemples vus plus haut ainsi que quelques autres moins évidents.

Une fois le fichier ouvert, vous retrouverez pour chaque exemple deux pistes (un kick batterie et une guitare qui joue une corde à vide) qui correspondent au polyrythme en question. Pour les travailler, je vous conseille de battre avec votre pied les coups de grosse caisse et d’essayer de suivre la note à vide avec votre main droite en frappant les cordes avec le plat de cette main. Par la suite, essayez de suivre le battement de votre pied avec votre autre main (en frappant le manche avec tous les doigts par exemple). N’hésitez pas à ralentir le tempo du fichier à votre convenance. Vous pouvez aussi travailler sans guitare !

Sur les portées, vous rencontrez des groupements annotés avec 2 chiffres séparés par un double point (voir l’illustration ci dessous). En fait, le premier chiffre indique le nombre de notes qui doivent être jouées à un débit régulier en l’espace du second chiffre, la valeur du second chiffre correspondant à la figure rythmique du groupement :

Les ratios dans les n-tuplets

Exercice d’application : le tapping polyrythmique

Le 3 contre 2 et le 4 contre 3 restent les figures les plus accessibles. Je vous propose donc 2 exercices de tapping basés sur ces polyrythmes.

Pour commencer avec ce premier exercice, la main gauche joue deux croches pendant que la main droite superpose un triolet de croches sur ce laps de temps d’un battement. Nous sommes donc en présence d’un 3 contre 2, ici groupé sur un temps. La clic marque le dénominateur commun (le premier battement) de chaque groupe.

polyrythme 3 contre 2

Mon conseil pour aborder cet exercice est de d’abord s’exercer en boucle sur la première position (les 2 premiers temps de la première mesure) sans chercher à déplacer ses mains. Au début, vous pouvez omettre la seconde croche de chaque temps à la main gauche, puis quand le débit de 3 notes à la main droite est bien régulier, essayez d’ajouter la seconde croche main gauche qui tombe exactement entre la deuxième et la troisième croche du triolet main droite. Pfiouuu ! Si ça ne vient pas, retour au fichier Guitar Pro d’exercices sur l’exemple 3 contre 2, en boucle et au ralenti.

Le second exercice est basé quant à lui sur un 3 contre 4. Les positions de mains sont les mêmes qu’avant, la différence vient principalement de la main gauche qui ne plaque plus des accords de quinte mais détache les notes comme une basse alternée. Attention également à la mesure en 3/4, le tapping main droite jouant sur chaque temps. Chaque mesure correspond en fait à une boucle 3 contre 4 et le dénominateur commun tombe sur le premier temps de chacune d’elles.

polyrythme 3 contre 4

Comme d’habitude, je vous ai enregistré une vidéo de ces exercices au ralenti.

Si j’ai réussi à piquer votre curiosité vis à vis de ces concepts rythmiques, je vous conseille le logiciel Bounce Metronome (30 jours d’essai gratuit) ainsi que cette page d’exemples vidéos sur le site. Par contre, je décline toute responsabilité si vous devenez fou !

Je vous recommande également la lecture d’un article de Jacques Vannet qui traite des polyrythmes à la guitare dans un registre plus exotique illustré par des rythmes africains.

Have fun !

A propos de l'auteur : Alexis

A propos de l’auteur : Alexis

Créateur et administrateur de Guitar School Garden. Sur Twitter : @guitarschgarden et @twablatures.

7 commentaires

  • Scelerat dit :

    le fichier megaupload n’est plus disponible

  • Alexis dit :

    Oui il faut attendre un petit peu car les serveurs chez megaupload doivent être pas mal sollicités. Si tu veux, je t’enverrais un petit mail quand le fichier sera de nouveau dispo.
    EDIT : le fichier est dispo, en tout cas chez moi.

  • Cédric dit :

    Très intéressant. On aborde peu la notion de rythme (et encore moins de polyrythmes !) alors que c’est un des aspects les plus importants.
    J’avais vu une vidéo où un guitariste célèbre expliquait qu’on pouvait jouer n’importes quelles notes tant que c’était en rythme. Avec démo bluffante à l’appui où il ne joue que des « bonnes » notes mais avec une mauvaise mise en place rythmique et la même démo avec des « accidents » mais en rythme.
    Je viens poster un lien si je retrouve.
    Merci pour ce cours Alexis.

  • DigitalWatts dit :

    Je connaissais pas le concept de Polyrythmie, et c’est vraiment impressionnant !

    Ça parait impossible à la première écoute.

    A tester.
    Merci Alexis !

  • Alexis dit :

    Oui ça parait assez hermétique au début. C’est pour ça que je conseille de travailler avec un soft de notation histoire de « s’imprégner » du rythme. En tout cas pour moi c’est comme ça que c’est rentré !

  • digitalwatts dit :

    Tiens, j’en profite pour saluer Valentin Carette, nordiste, qui est un guitariste hors pair, et avec qui j’ai eut la chance de partager la scène il y a quelques années ! 🙂

  • De guitare dit :

    Super démo. C’est vrai que ça peut rendre fou assez vite. Je te rejoins sur le fait que guitar pro est un excellent outil pour comprendre le rythme! Ca permet de lier la notation et le résultat tout de suite et de travailler à des tempos super lents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *